Nostalgie : pourquoi découvrir Sanctuary ?

sanctuary-cast-season
Sanctuary
est une série fantastique diffusée de 2008 à 2011 sur Syfy. Débutée en tant que web-série d’épisodes de 20minutes, la série rencontre immédiatement beaucoup de succès amenant un network américain à acheter les droits de diffusion et à étendre la première saison. Sanctuary marque un tournant dans la carrière d’Amanda Tapping fixée auparavant dans le rôle de Samantha Carter de la franchise Stargate. Véritable mélange de Stargate SG-1 et Supernatural, Sanctuary fait preuve de créativité, d’innovation et d’intrigues captivantes !

Le monde recèle de monstres lâchés dans la nature. Et ils sont la clef de notre évolution et du futur de notre race ! Avec l’aide de Will Zimmerman, de sa fille Ashley et de son majordome Bigfoot, le Dr Helen Magnus, traque ces créatures pour leur venir en aide et pour le besoin de ses recherches. (source seriebox)

Une série créative

Le statut de web-série à « petit » budget lui a permis d’innover dans de nombreux domaines notamment dans son format d’enregistrement, première série à utiliser exclusivement des caméras RED. Ces caméras permettent de réduire le temps de production d’un épisode en donnant en accès quasi-instantané les films aux équipes techniques. De plus et contrairement à de nombreuses web-séries a bas budget (web-séries halo par exemple), Sanctuary ne se limite pas dans ses localisations. Afin de pallier au manque de sets de tournage, des techniques de CGI (Computer-Generated Imagery) sont mises en place, on utilisate un écran vert afin d’ajouter le décor en production par exemple. Cela permet de ne pas limiter la série à un lieu déterminé et emmène le téléspectateur visiter une ville à l’ambiance glauque ainsi que les différents Sanctuaires. Toutefois, cette technique (aussi utilisée dans V 2009) n’a pas encore fait ses preuves et montre certaines faiblesses : l’ajout des décors se remarque, le jeu des acteurs n’est pas parfaitement en phase avec celui-ci…

on left: Dr. Helen Magnus (Amanda Tapping)

Dr Helen Magnus et l’une des créature du Sanctuaire

La créativité mis en place en production se retrouve aussi du côté de l’écriture par un renouvellement constant des stotylines et personnages. La série n’hésite pas à supprimer un personnage principal ou en amener de nouveaux afin de se redonner un souffle. Les intrigues avancent rapidement, les « méchants » changent de visage souvent : de la bataille contre la Cabal (saison 1) à la découverte d’une ville souterraine (épisode 310) en passant par l’arrestation de contrebandier d’abnormals (épisode 207,406…), Sanctuary nous emmène toujours dans un voyage dans le monde captivant, rythmé et imprévisible !

En effet, Sanctuary est une série internationale, et, contrairement à ce que l’on voit souvent dans les séries des genres très US-centric, le Global Sanctuary Network est souvent mis en avant. On découvre ainsi l’Inde et ses traditions (épisodes 212,213) et la réserve Anglaise (épisode 306) ou bien les problèmes aux Liberia (épisode 406). Loin de confondre le spectateur, cette multitude de locations et personnages permet un turn-over important des épisodes accentuant la découverte et l’attachement du spectateur.

L’histoire du 20ième siècle avec un twist

Ce n’est un secret pour personne le Dr Helen Magnus est âgée de plus de 150 ans ! Par la découverte de sa vie et de ses alliés passés ou présents on revit tout une partie de l’histoire. Avec Jack l’éventreur, Sherlock Holmes ou Nicolas Tesla savamment revisités, Sanctuary nous offre un petit bout de l’Angleterre victorienne et ses penseurs. Et comme dans beaucoup de série, elle a sa propre théorie sur la seconde guerre mondiale et son dénouement. Il est toujours intéressant de voir ce que les scénaristes imaginent pour combler les trous de l’histoire et Sanctuary ne fait pas exception, ses personnages historiques sont crédibles avec ce qu’il faut de mystère, le surnaturel est saupoudré dans les faits historiques donnant une autre vue du monde qui nous entoure !

Sanctuary_london

Un casting mitigé…

Le casting de la série est inégal et peut atténuer le plaisir de la série : d’un côté Robin Dunne (Will Zimmerman) est parfois léger dans son jeu, Agam Darshi (Kate Freelander) en fait parfois trop et Robert Lawrenson (Declan Macrae) ne se surpasse pas, d’un autre Amanda Tapping (Helen Magnus), Ryan Robbins et Jonathon Young (Nicolas Tesla) offrent une belle prestation donnant a leur personnage toute la profondeur qu’ils méritent.

Le jeu des acteurs n’est pas non plus aidé par des personnages un tantinet superficiels et caricaturaux, Ashley Magnus en est le pire exemple, construite pour être l’opposé de sa mère, elle en devient une machine à tuer quasi sans cœur et cervelle. On ne peut avoir de l’empathie pour de tels personnages et même si l’écriture s’améliore au fur et à mesure des saisons, cela reste une ombre au tableau.

…mais des tonnes de guests-star

De par sa filiation avec Stargate, la série a de nombreux guests de la franchise : Michael Sanks, Paul Mc Gillion ou Lara Gilchrist. Véritable clin d’oeil a la vie d’Amanda Tapping au sein de Stargate, on notera même un commentaire sur le changement de coupe de cheveux entre Samantha Carter et Helen Magnus (épisode 202) !

Ce n’est pas tout, d’autres guests sont aussi apparus dans la série : Carlos Rota (Jane the Virgin), Ian Tracey (Continuum), Tecka Sharman (Battlestar Galactica) et Brian Markinson (Continuum).

Sanctuary_Kate_MichaelSansks

Michael Sanks dans le rôle de Jimmy (épisode 209)

En Bref,

Sanctuary est une série créative tant sur le fond que la forme, jouant avec les dernières techniques elle offre un divertissement intéressant rythmé et surtout imprévisible ! Certes, ses personnages sont un peu trop caricaturaux, la morale manichéenne et le jeu des acteurs laisse parfois à désirer. Mais, ces défauts sont pardonnés grâce à son renouvellement constant, ses vues sur notre histoire, la découverte du monde des abnormals et ses intrigues imaginatives. Je recommande chaudement cette série aux fans de fantasy ou de science-fiction qui y retrouveront tous les éléments du genre.

 A Lost Critic

Restez connecté sur facebook, twitter ou google+.

Publicités

11 réflexions sur “Nostalgie : pourquoi découvrir Sanctuary ?

  1. J’ai adoré Sanctuary l’année dernière.
    Une série fun et légère, pas trop de prise de tête, sur un sujet intéressant. Que du plaisir.
    J’ai regretté les épisodes en huis clos, un peu redondants, et Will, que j’ai jamais piffré (balo pour le perso principal ^^).
    Par contre, j’ai adoré Henry et bien sur Nikola Tesla (Jonathon Young ❤ ❤ ❤ )

    J'aime

  2. Pingback: Chellenge série 2015 : bilan 2/6 | A Lost Critic

  3. Pingback: Challenge série 2015 : bilan 2/6 | A Lost Critic

  4. Pingback: TFSA #155 : Les personnages morts trop facilement | A Lost Critic

  5. Pingback: Nostalgie – Farscape de la sci-fi innovante | A Lost Critic

  6. Pingback: Challenge séries 2015 : Bilan 3/6 | A Lost Critic

  7. Pingback: Metal Hurlant Chronicles, de la SF française hors du commun | A Lost Critic

  8. Pingback: Nostalgie – Twin Peaks : Is this a dream or a twisted version of reality ? | A Lost Critic

  9. Pingback: TFSA #170 – Les personnages qui vous font le plus fantasmer 4.0 | A Lost Critic

  10. Pingback: TFSA: créer votre série idéale | A Lost Critic

  11. Pingback: Challenge Série – avancer a pas de tortue (bilan 4) | A Lost Critic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s