Metal Hurlant Chronicles, de la SF française hors du commun

Cet article fait partit d’une série d’articles présentant ce que le monde hors-US a à offrir en série, je vous ai déjà présenté Bron (Suède-Danemark), Orphan Black (Canada), Continuum (Canada) et Les Revenants (France) ainsi que The Fall (Irlande) et ce mois-ci nous allons parler de Metal Hurlant Chronicles.

Le dernier fragment d’une planète réduite en poussière par la folie destructrice de ses habitants, est condamné à errer dans l’univers pour l’éternité. Désormais il apporte souffrance et tromperie à ceux qui croisent son chemin.
Ce messager maudit s’appelle : LE METAL HURLANT ! (source seriebox)

La série franco-belge est l’adaptation des histoires parues dans le magasine de science-fiction Metal Hurlant, véritable succès dans le monde de la SF entre 1975 et 1987 puis de 2002 à 2004. Le magasine français a inspiré la création du magasine américain Heavy Metal (encore publié). Les deux revues de bandes dessinées inspirent à leur tour deux films noir et dystrophiques Metal Hurlant & Metal Hurlant 2000 ainsi qu’une série Metal Hurlant Chronicles.

Une narration et des intrigues originales

MetalHurlantChornicles_AfficheDVDSaison1Metal Hurlant Chronicles est une série que l’on regarde pour ses histoires pleines d’imagination. Chaque épisode nous emmène sur une planète différente lors du passage de la comète Metal Hurlant. Véritable tranches de vie des personnages, les épisodes nous jette dans le feu de l’action rapidement en fournissant le minimum de contexte. Loin de perturber ou perdre le spectateur cette narration lui permet de réfléchir aux non-dits de s’accrocher aux informations essentielles présentés  afin d’en comprendre toutes les subtilités. En effet,  le spectateur n’est pas omniscient et ne visualise qu’un point de vue de l’histoire, souvent celui d’un personnage, histoires incomplètes ou distordues par un point de vue particulier, c’est au spectateur de séparer le vrai de l’imaginaire. Série intelligente, elle permet au spectateur de s’impliquer dans l’histoire, d’en saisir les subtilités afin d’apprécier dans sa totalité l’histoire racontée. Bien sûr, on peut regarder Metal Hurlant Chronicles sans se poser de questions, après tout la plupart des éléments importants seront fournis à la fin de l’épisode, néanmoins, cette narration et ses intrigues originales sont les forces de la série, il serait dommage de passer à côté.

De par le fils rouge de la série : le passage d’une comète perturbant  une situation bien établie, la série offre une ambiance particulière. Noire et glauque les mondes qui nous sont présentés sont souvent dystrophiques, et nous poussent à utiliser notre imaginaire. Puisque la comète perturbe la vie des personnages, il faut s’attendre à des twists efficaces et surprenants. Le fin mot de l’histoire est rarement ce à quoi on s’attend et le spectateur restera plus d’une fois scotché par la conclusion,  même si il a été actif durant l’épisode. Non pas car la fin est incohérente, car justement après un second visionnage on se rend compte des éléments de récits qui auraient aidé à la prévision de la « bonne fin ». Elle est surprenante car elle est intelligemment amenée, ni trop évidente ni trop tirée par les cheveux ; souvent le spectateur aveuglé par ses préjugés et préconceptions fait des suppositions erronées sur les personnages le menant à une fausse conclusion.

Un manque de budget certain

Toutefois, malgré ses qualités narratives certaines, Metal Hurlant Chronicles a quelques défauts. Le principal étant son manque de budget, en effet, ce n’est pas une série que l’on regarde pour le réalisme de ses explosions ou ses scènes de combat. Metal Hurlant Chronicles tente de s’en sortir par la créativité de sa mise en scène, suggérant plutôt que montrant mais ce n’est pas toujours assez, certaines scènes (notamment de l’épisode 202) sont limites. Les effets spéciaux, vaisseaux spatiaux et autres stations intergalactiques ne sont pas trop mal réalisés, il faut dire que le CGI a fait de nombreux progrès ces dernières années et la série a un rendu meilleur que Sanctuary qui se base sur la même technologie. De plus, de par son bas budget, les acteurs (qui changent tous les épisodes) ne sont pas toujours à la hauteur.

MetalHurlantChornicles_JoeflaniganMais des guests-stars de folie

Notons tout de même que sa réputation et l’ampleur du projet attire des guest-star intéressantes : Rutger Hauer (Blade Runner), Michael Biehn (Aliens), John Rhys-Davies (Raiders of the Lost Ark), James Marsters (Buffy The Vampire Slayer), Michael Jai White (Spawn), Scott Adkins (Expendables 2), Joe Flanigan (Stargate: Atlantis), Michelle Ryan (Doctor Who) and Dominique Pinon (Alien: Resurrection)

En Bref,

Fans de science-fiction ou d’histoires originales bien racontées Metal Hurlant Chronicles est faite pour vous. Série qui gagne à être connue elle a beaucoup à offrir et ses saisons de 6 épisodes de 20 minutes ne vont pas faire peur. Avec son ambiance noire et ses mondes dystrophiques, Metal Hurlant Chronicles fait voyager le spectateur. Ses intrigues sont originales, inattendues et avec une conclusion surprenante même pour un spectateur avertit. Toutefois, si vous aimez les blockbusters avec des effets spéciaux et des scènes de combat très bien réalisés passez votre chemin car ce n’est pas le point fort de la série.

La série est diffusée un peu partout dans le monde, en France ce sera sur France 4 et aux US Syfy a racheté les droits. Notons que Noco un service de streaming spécialisé dans la culture geek propose la totalité des deux saisons.

A Lost Critic

Crédit image : Metal Hurlant Chronicles via Facebook.

Publicités

Une réflexion sur “Metal Hurlant Chronicles, de la SF française hors du commun

  1. Pingback: TFSA #176 – Séries de SF préférées | A Lost Critic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s