Supergirl – un Smallville féminin ?

Supergirl est l’histoire de Kara la cousine de Superman qui décide à 24ans d’aider sa ville : National City comme Clark aide Metropolis. Ses audiences après un départ surprenant (meilleures audiences d’un pilot du début de saison) ont baissé pour finalement stagner à 7 millions de téléspectateurs. (cet article est sans spoilers!)

Kara Zor-El, cousine deKal-El, est arrivée sur Terre, mais avec 24 ans de retard. Elle avait pour mission de protéger son cousin, mais celui-ci est devenu entre temps un super héros respecté de tous. La jeune fille est donc recueillie par une famille d’adoption, la famille Danvers. Grâce à eux, la jeune fille apprend à maîtriser ses pouvoirs, mais surtout à les cacher du grand public. Adulte, âgée de 24 ans, une catastrophe inattendue va l’obliger à se montrer telle qu’elle est vraiment aux yeux de tous. Très vite, les habitants de la ville ayant vu ses incroyables capacités, la surnomment Supergirl (wikipedia)

Une série qui veut se séparer de Superman

Il est évident que de nombreux points communs existent entre les deux séries, néanmoins Supergirl souhaite clairement se différencier de Superman. Tout d’abord, le lien entre les deux séries est dans la série, adapté au lien entre les deux héros. Cousins ayant le même but il est clair que Kara souhaite être sa propre personne et ne pas être constamment comparée à Clark. D’ailleurs tout un épisode est consacré à ce thème et force est de constater que Supergirl s’en sort bien. Bien sûr les comparaisons sont nombreuses, les deux héros ont les mêmes pouvoirs, dans les deux séries la famille (celle de Krypton ou la terrienne) est au cœur des relations du héros, l’amitié est omniprésente ainsi que le courage et la détermination de tous les personnages. Néanmoins Supergirl se différencie par un ton plus léger, plus girly que Superman, Supergirl est définitivement une série plus féminine donnant la part belle aux femmes en tant que héros mais aussi en tant que vilain.

Un ton plus féministe

On ne peut pas s’en empêcher une femme super-héro cela donne un côté très féministe dans la série. Surtout quand la famille bad-ass et le grand méchant de la saison sont aussi des femmes fortes. Fortes mais néanmoins féminine, a l’instar de Lois Lane nous avons affaire à des femmes qui manient le maquillage comme leur poing. Il est dommage de ne pas avoir plus de diversité dans les personnages féminins mais il est clair qu’avoir Supergirl en jupe aide beaucoup ses audiences… Les personnages masculins sont relégués au rang de side-kick/ love interest sauf Superman qui est vite repoussé de la série par le désir de Kara d’être indépendante.

Une intrigue qui se dévoile rapidement

Après seulement quelques épisodes, un vilain est donné et un but est fixé à Kara, elle ne va pas passer son temps à sauver des chats dans les arbres mais elle sauvera le monde chaque semaine d’une nouvelle menace liée à sa planète originelle. L’introduction de ce méchant dès la fin du pilot, chose rare pour une série de ce genre, permet de lui donner une continuité, un fils rouge très appréciable dans les séries procédurales. L’équipe autour du héros mets plus de temps à se mettre en place mais fonctionne bien : un geek amoureux d’elle qui n’est pas sans rappeler Chloé de Smallville, l’ami de Clark venu prêter main forte à Kara, sa sœur bad-ass et une organisation gouvernementale secrète aident Kara dans sa lutte pour le bien.

Un casting bien trouvé

Surtout dans les deux lead féminins de la série, Melissa Benoist que j’ai découvert dans cette série fait une Kara belle, féminine mais forte, et Chyler Leigh que j’adore et qui mérite ce rôle après son départ de Grey’s Anatomy. Notons que l’on retrouve aussi Calista Flockart disparue des séries depuis plusieurs années. Point de vue masculin nous avons Jeremy Jordan (Smash), David Harewood (Selfie) et Mehcas Brooks (True Blood).

supergirl-2

En Bref,

En bref, Supergirl est une série  qui certes ressemble à ses cousines Superman ou Smallville avec l’utilisation des mêmes ingrédients mais qui s’en différencie par un ton plus léger et féminin. Avec un grand méchant identifié rapidement l’intrigue de cette première saison va droit au but fournissant un fils rouge à la série autrement procédurale. L’équipe entourant Kara laisse encore à désirer mais les choses se mettent en place doucement au fur et à mesure des épisodes. Si vous souhaitez de l’originalité passer votre chemin, la recette est assez classique dans Supergirl mais bien réalisée pour ne pas déranger. C’est définitivement une série que je vais continuer.

A Lost Critic

Restez connecté sur facebook, twitter ou google+.

Publicités

3 réflexions sur “Supergirl – un Smallville féminin ?

  1. Pingback: 30 day Challenge Grey’s Anatomy – J16 à J20 | A Lost Critic

  2. Bien que j’ai regardé la saison 1 jusqu’au bout, je me suis relativement ennuyé devant elle… Le casting est pas terrible à mes yeux (en dehors de Cat que j’adore) et il y a ce côté « gnan gnan » qui m’agace au possible… J’espèrais une série un peu plus adulte aussi…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s